Sur la solitude:

Ce petit traité cherche à répondre à une unique question: qui sait être seul? Non pas comment ou pourquoi, mais qui. Savoir être seul ne répond à aucune condition préalable, à aucune justification, à aucune explication. On sait être seul ou on ne le sait pas. Et pourtant, on ne peut s’arrêter à ce savoir, suspendu, exclusif, déraciné. Il existe tant de formes, d’endroits, d’occasions, de moments et de sentiments de la solitude qu’elle ne peut répondre à aucune simple règle d’usage ou simple idée. On sait être, seul ou pas. La solitude est tout autant un savoir-faire qu’un savoir-être.

1- Qui sait être seul? 

2- Quel genre de solitaires sommes-nous?

3- La solitude exclue-t-elle la collectivité?

4- Qu’en est-il de la solitude du déraciné?

5- La solitude peut-elle être un terreau d’amoralité?

6- La solitude est-elle un silence en soi?

7- La confusion des sens est-elle la plus haute des solitudes?

8- La solitude peut-elle constituer un état?

9- L’universalité est-elle un remède contre la solitude?

10- La solitude est-elle l’innocence première d’une pierre encore brute?

11- Comment passer d’une solitude de dépit à une solitude heureuse?

12- Quel est le rapport de la solitude au bonheur?

(texte complet)